Le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneurs : conséquences et solutions

70 % des personnes dans le monde auraient déjà, une fois dans leur vie, souffert du syndrome de l’imposteur. Ce chiffre, met le doigt sur un mal qui ronge le monde du travail : le sentiment persistant de ne pas être aussi bon dans sa carrière que d’autres personnes le pensent, de ne pas mériter une promotion, une récompense, ou tout simplement le poste que l’on occupe.

Un mal-être qui touche tout type de travailleur, du salarié à l’employeur. Ainsi, 1 entrepreneur sur 5 serait concerné par le syndrome de l’imposteur. Les femmes ne sont une fois de plus pas épargnées : 66% d’entre-elles souffriraient de ce syndrome, contre 56% d’hommes.

D’où vient ce sentiment ?

Le syndrome de l’imposteur, touche aux émotions et la psychologie. Ainsi, on se rend vite compte qu’il peut venir de plein de sources différentes.

Voici les principales qu’on identifie facilement :

  • L’éducation : Lorsqu’on est petit, à l’école, on nous martèle qu’il faut être le meilleur, le plus (intelligent fort…). Tu as peut-être aussi entendu qu’il fallait travailler dur, que les résultats n’arrivaient pas tout seuls… Pour un peu que tu gérais bien sans trop y passer de temps, tu as certainement intégré ce côté illégitime.
  • Le manque de confiance en soi : Le problème de base chez beaucoup d’entrepreneures.
  • La comparaison : On est envahi de success stories sur les réseaux sociaux, et malheureusement, on se retrouve à comparer ce qui n’est pas comparable, et à se sentir inférieure.
  • L’écoute de l’avis des autres : L’avis des autres n’est que la vie des autres. Bien sûr que discuter avec d’autres personnes peut être constructif, et même te donner des nouvelles idées ou points de vue, mais uniquement si elles comprennent ton monde. Si tu es maman, tu ne vas peut-être pas trop prêter attention aux conseils d’éducation de ta copine célibataire sans enfant ?

Un mécanisme psychique puissant et dangereux

Le syndrome de l’imposteur est un mécanisme psychique, qui provoque une remise en question constante de sa propre valeur.

Et malheureusement, cette situation génère un cercle vicieux : sentiment d’illégitimité, qui va engendrer le doute qui va créer de la peur. Celle d’être démasquée, par son entourage, par ses clients. Les personnes ayant le syndrome de l’imposteur se retrouvent alors à imaginer des stratégies pour éviter les situations anxiogènes.

La conséquence de ce cercle vicieux est l’apparition d’un stress permanent. Sur le long terme, la situation peut avoir de terribles conséquences, amenant à la dépression ou au burn out.

Le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneurs

Alors, parlons un peu plus en détail du syndrome de l’imposteur chez les entrepreneurs.

Les études montrent que 60 à 70% des adultes disent avoir ressenti le syndrome de l’imposteur au moins une fois dans leur vie … mais on peut aisément penser que dans l’entrepreneuriat, ce chiffre peut atteindre 99% !

Pourtant, ressentir le syndrome de l’imposteur lorsqu’on est entrepreneur est plutôt normal.

Conséquences sur le business ?

Malheureusement, si on reste dans ses peurs d’imposture, on va récolter des conséquences sur notre business :  

  • Se sentir bloqué dans la création de contenu, avoir l’impression « de ne rien avoir à dire ».
  • Ne pas oser trop se faire remarquer.
  • Retarder un lancement de produit/une offre et avoir tendance à le « surpréparer ».
  • Ne jamais oser se lancer.
  • Mal gérer les critiques et les retours négatifs en ligne.
  • Ne pas savoir reconnaître et savourer une victoire ou même un petit succès. Mettre ça sur le coup de la chance, ou d’une opportunité, sans savoir reconnaître que c’est notre travail qui paie.

Et on observe alors une tendance qui peut arriver : l’auto sabotage plus ou moins conscient, qui va répondre à une autre peur : celle de réussir.

Ta progression peut vraiment se trouver freiner à cause du syndrome de l’imposteur.

Les mécanismes de protection contre-productifs contre le complexe de l’imposteur

Pour se défendre contre ce syndrome de l’imposteur, 4 comportements de protection sont souvent utilisés. Mais, spoiler alert, ils ne résolvent rien !

  • l’excès de travail, parce qu’on a l’impression que nos compétences ne suffisent pas.
  • la procrastination, parce qu’on préfère repousser le moment où notre imposture sera dévoilée (! )
  • l’inaction, pour éviter l’échec.
  • la non-affirmation de soi, car rester dans l’ombre est tellement plus confortable.

Ces mécanismes vont provoquer :

  • Épuisement, fatigue chronique, stress, perfectionnisme.
  • Risque de retard sur les livrables ou travail dans l’urgence.
  • Manque d’innovation et de pro-activité, voire apathie.
  • Frustration de ne pas demander ce qu’on désire, puis mise en retrait.

 

 

Les effets du syndrome de l’imposteur au travail

L’épuisement dans la durée

Le syndrome de l’imposteur n’est pas une pathologie reconnue, et peut parfois être difficile à voir, que ce soit chez soi-même ou chez les autres. Pourtant, il peut avoir des conséquences, empêchant de s’épanouir professionnellement, voir même de travailler correctement.

Chaque situation potentiellement « à risque » va causer une forte anxiété.

Pour répondre à ce stress, deux stratégies de défense principales sont utilisées par les personnes ayant un syndrome de l’imposteur :

  • La première consiste à procrastiner, puis à rattraper son retard en travaillant de manière excessive. Cette stratégie permet de repousser ses problèmes et de protéger son estime de soi en retardant au maximum la confrontation à sa tâche. Cependant, le stress risque de devenir très difficile à gérer à l’approche de l’échéance, voire de créer un blocage psychologique ;
  • La seconde se manifeste par une surpréparation sur le long terme pour limiter autant que possible les risques d’échec. On essaye de pallier la sensation d’être illégitime en surcompensant et en surperformant, parfois au détriment de sa santé physique et mentale.

Une forte baisse de productivité

Quelle que soit la stratégie de défense adoptée, le syndrome de l’imposteur a des conséquences négatives à plusieurs niveaux. D’une part, il impacte sa victime, puisque dans le succès ou l’échec, il nourrit le sentiment de tromper. Cette situation empêche le sujet de développer une vision positive de ses compétences, et donc de s’épanouir dans son business.

D’autre part, il impacte négativement ton client. Les mécanismes de défense sont en effet un frein à la réalisation de ton plein potentiel. De plus, cela entraine un repli sur soi, qui empêche généralement de demander de l’aide.

Les pièges :

  1. Sous-estimer sa valeur
    Quand on ne se sent pas légitime, difficile d’avoir une bonne estime de soi et de la valeur qu’on apporte aux autres. Et dans de telles circonstances, comment réussir à oser vendre ET se vendre ?
  2. Se former mais ne pas agir
    Afin de retrouver sa légitimité, un des choix fréquent est de se former. L’idée est bonne, mais attention ! Il est facile de tomber dans une spirale de formation, de se former sans cesse, à outrance, en se disant qu’à un moment, à force de se former, on se sentira enfin prêt.
  3. Eviter les opportunités
    Quand on n’a pas confiance en soi, on a tendance à éviter/fuir la confrontation.
    Les opportunités qui se présentent à nous sont alors vécues comme des épreuves ; paralysés par la peur de l’échec, on préfère ne pas prendre le risque de décevoir.

Pourtant, rien de tel qu’une opportunité pour se prouver à soi-même ce dont on est capable.

Astuces et solutions pour faire face au syndrome de l’imposteur

  • Eviter de se comparer aux autres. Il y a toujours d’autres personnes qui seront meilleures que toi dans certains domaines, et d’autres qui seront moins bons. La comparaison n’est pas valable : on ne peut pas comparer ce qu’on voit à l’extérieur avec ce qu’on a à l’intérieur !  
  • Lister 10 de ses qualités. Si tu as du mal à en trouver 10, n’hésite pas à demander à tes amis ou ta famille de t’aider, à réfléchir aux fois où l’on sollicite ton aide (il y a toujours des qualités derrière les tâches pour lesquelles notre expertise est précieuse pour les autres !), ou encore demande-toi quelles tâches tu effectues avec aisance.
  • Fais la liste de tes réussites professionnelles. Tu peux aussi ajouter, quelles qualités, compétences, connaissances, as-tu mobilisées pour réaliser chacun de ces succès ?
  • Se reconnecter à sa vision, à son pourquoi. Se reconnecter à sa vision et à son pourquoi, c’est aussi se reconnecter à quelque chose de plus fort que le syndrome de l’imposteur. C’est ça qui va te faire avancer malgré la peur, en dépit de tout le reste.
  • Tenir un journal des compliments que tu reçois : Remplis-le quotidiennement, et lorsque ton syndrome de l’imposteur revient, redécouvre toutes ces raisons pour lesquelles les autres apprécient ton travail et ta personnalité !

Tu veux booster ton business?!

Télécharge ton guide offert pour avoir la méthode pas à pas qui te permettra de développer ton activité!

Add A Comment

Résoudre : *
29 × 28 =